Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.
 

Pourquoi soutenir le don de cerveau ?

Le don de cerveau pour la recherche : un acte généreux

Donner son cerveau pour la recherche sur la maladie d'Alzheimer et maladies associées et le financer, c’est contribuer à percer son mystère et c’est participer aux avancées de la recherche médicale.

01Il permet la compréhension des mécanismes biologiques qui amènent au développement de ces maladies

Aujourd’hui, les causes de la maladie d’Alzheimer et des maladies associées sont encore mal connues. Le don de cerveau peut aider les chercheurs à identifier ces causes. En les déterminant, les chercheurs pourront découvrir de nouvelles molécules et ainsi permettre l’élaboration de nouveaux traitements.

Connaître les causes exactes de la maladie d’Alzheimer et des maladies associées, c’est espérer trouver, un jour, des médicaments permettant de les vaincre. Le don de cerveau et son soutien sont donc indispensables à la recherche.

02Il permet la confrontation des hypothèses scientifiques à la réalité de la maladie humaine

Ces dernières années, la recherche a fait de grands progrès dans la compréhension du fonctionnement du cerveau, sain et malade. Pourtant, les progrès n’ont pas encore eu tous les bénéfices thérapeutiques espérés. La recherche de traitements, difficile et coûteuse, réclame des modèles expérimentaux sur lesquels ils puissent être testés. Mais ces modèles, bien que précis, ne peuvent pas refléter entièrement la réalité de la maladie humaine.

La recherche biologique aboutit donc à de simples hypothèses sur la façon dont se déroulela maladie d’Alzheimer et les maladies associées. Ces hypothèses scientifiques doivent donc être confrontées à la réalité de la maladie humaine.

03Il permet la recherche de biomarqueurs, étape essentielle au développement de nouveaux médicaments

Les marqueurs biologiques – ou biomarqueurs – sont les traces des modifications biologiques provoquées par une maladie. Dans le cas de la maladie d’Alzheimer et des maladies associées, ils permettent donc d’en révéler la présence avant même l’apparition des premiers symptômes.

L’identification de ces biomarqueurs dans la phase pré-symptomatique permettra donc d’initier très tôt des traitements. Ces biomarqueurs peuvent également ouvrir la voie à la mise au point de traitements ciblés capables d’agir contre les anomalies biologiques à l’origine même de ces maladies.

Vous l’aurez compris, donner son cerveau pour la recherche scientifique et le financer c’est contribuer à la recherche sur la maladie d’Alzheimer et à la découverte de nouveaux traitements.